Raphaël Thunus notre guide du jour, nous accueille non loin de chez lui au lieu-dit “So Bêchefa”.

La météo est correcte: il ne fait pas vraiment froid et le temps restera sec.

Introduction sur les fameux scolytes qui ont tant fait parler d’eux cet été pour leurs déploiements intenses dû à une période de sécheresse qui sévi depuis deux ans.

Nous apprenons qu’une espèce, l’Ips typographe (Ips typographes) s’installe dans le tronc depuis sa base jusqu’à mi-hauteur. Une autre espèce, moins fréquente, préfère se reproduire uniquement à la cime des épicéas. Il s’agit du Calcographe (Pityogenes chalcographus) dont les fines galeries sont aussi creusées par les larves se nourrissant du bois situé juste sous l’écorce. Ces canaux perturbent la bonne circulation de la sève, ce qui fragilise les arbres jusqu’à les faire périr.

Ensuite nous plongeons dans les explications sur le métier de forestier, de garde aussi et d’agent responsable de la santé et de la production de bois. Ils sont appelés également pour des interventions comme la gestion de dépôts clandestins, l’usage des chemins,…et la réglementation de la chasse.

Mais vous aviez-dit “Forêt jardinée”… Qu’est-ce donc exactement cette fameuse forêt?

Raphaël nous explique toute cette approche alliant technique, écologie et économie. Nous entendons des mots comme “planter par îlots ou bouquets”, permettre la transformation et la conversion progressive des peuplements forestiers pour une meilleure résilience face aux changements climatiques. Permettre une gestion différente axée également sur une production de bois de haute valeur (par exemple pour la production de mâts de voiliers). Equilibre arbres-animaux-flore-champignons-climat-régénération naturelle. Sols sont mieux respectés. Régénération diffuse et nouvelles techniques d’exploitation. Voici les maîtres-mots de cette matinée qui nous aura offert un autre regard bien intéressant sur le métier de forestier.

Nous sommes allés prendre notre pique-nique dans un lieu digne des meilleurs contes et légendes: le vieux château de Commanster!

Devant l’âtre où brûlait lentement le bois….